Saviez-vous qu’un programme d’entraînement adapté de musculation peut améliorer la performance à la course?

En effet, les entraînements spécifiques à la course viennent améliorer la capacité cardiovasculaire du corps en optimisant la PAM, la VAM et EA. (Voir capsule 1) Toutefois, il faut garder en tête que le corps est un tout et que le cœur, les muscles et les poumons travaillent tous ensemble lors d’une activité physique. Effectivement lors un effort maximal, c’est un de ces organes qui est le facteur limitant de la performance.

Lors d’une activité physique, les poumons servent aux échanges gazeux, soit fournir de l’oxygène et éliminer le monoxyde de carbone de l’organisme. En ce qui a trait au cœur, celui-ci doit faire circuler le sang pour fournir de l’oxygène et des nutriments qui sont nécessaires au bon fonctionnement des organes du corps humain.

L’entraînement musculaire, quant à lui, permet d’avoir à la course une meilleure efficacité de la foulée et une meilleure endurance face aux distances de course à parcourir. En effet, en améliorant la réactivité du pied au sol, il y a diminution du temps de support, donc une diminution du coût énergétique. Un muscle entraîné permet également d’entreposer plus de glucose, la source d’énergie principale lors d’un effort physique.

Par contre, si on décide de commencer un programme d’entraînement, il faut s’assurer d’une bonne planification pour ne pas que l’entraînement musculaire vienne interférer avec les sorties de course. Une bonne planification permet également d’éviter les blessures dues à une mauvaise progression ou à une mauvaise exécution de mouvements.

PAM : Puissance aérobie maximaleVAM : Vitesse aérobie maximale

EA : Endurance aérobie

Idéalement, il faut commencer les premières semaines par un programme d’entraînement musculaire en endurance (10-20 répétitions par série) pour, par la suite, aller vers un travail plus intense, soit un entraînement musculaire en force-endurance (6-12 répétitions maximales par série, soit le nombre de répétitions maximales que le muscle est capable d’effectuer pour un geste donné). La pliométrie, un entraînement enchainant des mouvements explosifs et puissants, pourrait, en finalité, être une technique d’entraînement musculaire intéressante comme préparatif à la course lorsqu’on a de l’expérience en musculation.

 

Véronique Breton

Étudiante en kinésiologie à Université Laval

 

Référence :

Chouinard, Richard; Lacombe, Nathalie (2016). Course à pied : Le guide de l’entraînement et de nutrition. Montréal : Guide kmag, p.363.